L’Hypnose Ericksonienne à Rennes

Pourquoi parle-t-on d’hypnose Ericksonienne ? D’où vient ce terme ? et quelle différence avec l’hypnose en général ?

Si l’étude de l’hypnose est passionnante car on la trouve dans toutes les époques de l’histoire de l’homme, c’est à partir du 18èmesiècle qu’on en parle d’une manière directe en la nommant hypnose après qu’un médecin écossais James Braid utilise ce terme dans une publication en 1741. 

Il est une forme d’hypnose qui demande qu’on s’y arrête pour comprendre les mécanismes et l’originalité de la démarche, révolutionnaires pour son époque.

Son auteur, Milton Erickson (1901 – 1980) était un psychiatre américain. Il a introduit l’idée que toute personne possède en elle-même toutes les ressources nécessaires à son mieux-être et que l’opérateur en hypnose doit aider à trouver ces ressources inhérentes à chaque individu.

Atteint d’une poliomyélite à l’âge de 17 ans, il est totalement paralysé et il entend un jour le médecin dire à sa mère qu’il ne passerait pas la nuit. Cherchant à prouver qu’il peut rester en vie, il est attentif aux moindres bruits autour de lui et aux moindres sensations de son corps. Petit à petit, il va se remettre de cette maladie dont il gardera quand même de nombreuses séquelles dont des douleurs qu’il traite quotidiennement par la pratique de l’hypnose sur lui-même.

Mais ceci ne l’empêchera pas de faire un périple en canoë, d’apprendre à marcher sans béquilles, de devenir psychiatre et d’enseigner une nouvelle forme d’hypnose qui prendra son nom : hypnose ericksonienne.

De période de paralysie totale, il en retire le sens de l’observation. Il va passer des heures à solliciter ses autres sens pour observer les personnes autour de lui. D’abord sa plus jeune sœur qui apprend à marcher puis il remarquera qu’elle peut dire oui et penser non.

« Je ne pouvais même pas dire où se trouvaient mes bras et mes jambes dans mon lit. C'est ainsi que j'ai passé des heures à essayer de localiser ma main, mon pied, ou mes orteils, en guettant la moindre sensation, et je suis devenu particulièrement attentif à ce que sont les mouvements ».

Lors de sa formation en médecine et en psychologie, il s’émancipera des enseignements de son professeur de l’époque qui voulait créer une technique standard pour induire l’état d’hypnose alors que Milton Erickson propose lui une nouvelle forme de discussion qui permet d’induire l’état hypnotique en s’adaptant à chaque personne.

Certains disent qu’ils n’ont jamais vu Erickson faire deux fois la même chose en hypnose. Souvent même, il racontait simplement une histoire, une métaphore et la personne réglait son problème.

L’hypnose ericksonienne est basée sur l’observation de l’individu. Chaque personne est unique, il faut comprendre le fonctionnement d’un individu avant de pouvoir l’aider à changer ce fonctionnement.

Un autre caractère de l’hypnose ericksonienne est aussi celui de l’activation des ressources inconscientes de l’individu sans que le conscient interfère. Pour Milton Erickson, il n’est pas nécessaire que la personne sache comment elle va mieux, comment cela fonctionne ou pourquoi mais plutôt qu’elle intègre qu’une nouvelle façon de vivre est tout à fait naturelle et facile à réaliser comme un apprentissage qui se fait naturellement, peut-être un peu maladroitement au début et puis de plus en plus naturellement comme si cela avait toujours été sa façon la plus naturelle de vivre.

En hypnose ericksonienne on ne dort pas, on n’est pas inconscient non plus, on est dans un état agréable de détente et de rêverie qui active la créativité de l’inconscient et les ressources internes qui nous amènent à mettre en place de nouveaux comportements.

Il s’agit donc de contourner le mental qui se dit que ce n’est pas possible.

Parfois les gens se demandent si cela va marcher car ils n’ont pas entendu un claquement de doigts ou un décompte comme à la télévision et n’ont pas « senti » qu’ils étaient manipulés par un opérateur dont la voix ferait penser à Mesmer le fascinateur du showbiz. Mais oui, cela fonctionne très bien.

On m’envoie parfois des témoignages ou des photos de gens en situation qui vont mieux sans savoir pourquoi (un hublot d’avion, un bateau, une pose sur une échelle), j’ai même eu une fois, une personne qui m’appelle pour me dire (je lui avais dit de m’appeler au besoin pour me dire comment ça allait) : 

« Je ne pense pas que ça marche sur moi l’hypnose ericksonienne, j’ai regardé l’aiguille et je n’ai pas top aimé ! » alors je lui ai demandé si elle avait fait un malaise ou une panique comme avant aujourd’hui et elle a répondu : « non, rien de tout cela, mais c’est juste que je n’aime pas trop. »

L’objectif est alors atteint, l’appréhension et la peur ont disparu.

A Rennes, nous pratiquons une hypnose ericksonienne respectueuse des gens, avec leur présence et leur regard sur la séance, avec le temps nécessaire pour expliquer tout cela en détail et répondre aux questions qui peuvent se poser de temps en temps.

Alors, cela vous dit d’apprendre à activer vos ressources internes ?

Appelez-nous !